mercredi 7 février 2024

EAU, CHERE EAU !

   Lors de la séance du conseil municipal du 6 février 2024, le rapport sur l'eau dans l'agglomération briochine (distribution et tarification) était présenté pour approbation.

   Voici ce que j'en ai dit :"

    Les tarifs de l'eau ont beaucoup augmenté ces dernières années et ce sont les usagers de l'agglomération qui paient le prix fort.

    L'eau facturée sur l'agglomération est plus chère que la moyenne nationale.

    Le rapport fait état que plusieurs secteurs sont passés en délégation de service public. C'est à dire que l'agglomération a confié à des entreprises privées la gestion de l'eau sur ces secteurs.

   On est bien loin du grand service public de l'eau dont se prévalait les anciens dirigeants de l'agglomération. 

   Et comme par hasard, on retrouve les multinationales Véolia, la Saur et Suez dans la place, les 3 soeurs comme on disait dans le temps.

  Les 3 soeurs car l'opacité de leur gestion est connue de tous.

  Avoir confié la gestion de l'eau à ces groupes privés, c'est permettre à leurs actionnaires de faire du profit sur le dos des consommateurs.

  Je suis favorable à un service public de l'eau à 100% placé sous le contrôle de la population, qui exclurait les multinationales.

  L'eau est un bien précieux, bien trop précieux pour le laisser entre les mains de capitalistes.

vendredi 19 janvier 2024

L'INFLATION PESE LOURDEMENT SUR LE BUDGET DE LA COMMUNE

   Le budget 2024 de la commune de Ploufragan est fortement marqué par le contexte économique dégradé où crise économique, inflation, crise climatique et conflits armés font planer toujours plus de menaces sur l'ensemble de la population.

  Mois après mois, de nouvelles fractions de travailleurs sous payés, de chômeurs mal indemnisés, de jeunes sans revenus et de retraités aux petites pensions sont poussés vers la pauvreté. Sans l'existence de l'action des associations caritatives, nombre de ces travailleurs pauvres ne mangeraient pas à leur faim chaque jour. La reprise des licenciements (exemple des 170 salariés de l'entreprise E-Loft, ZI des Châtelets) et la remontée du chômage, montrent qu'on est loin du plein emploi. Le mal logement explose. Les demandes sont de plus en plus nombreuses mais non satisfaites.

   Paradoxalement, les riches et les puissants se portent très bien. Les actionnaires trinquent aux bénéfices mirobolants et dépensent des sommes indécentes en futilité. Les représentants de l'Etat encouragent les affaires de la grandes bourgeoisie et la subventionne comme jamais. Du coup, l'argent manque pour les services publics de plus en plus dégradés et pour les communes.

  Pour faire face, des mesures jamais vues depuis 15 ans ont été prises par la municipalité, comme la réduction de 10% de la participation financière à la plupart des associations ou encore une gestion drastique des services. Ces mesures auront des conséquences pour la population.

  Pour autant, le budget de la commune doit servir à maintenir les services publics de proximité et contribuer à satisfaire les besoins du plus grand nombre, dont les agents communaux.

TRIBUNE de Martial COLLET parue dans La GAZETTE de PLOUFRAGAN, numéro de janvier/ février 2024.

lundi 18 décembre 2023

UN PROJET DE PANNEAUX PHOTOVOLTAIQUES AU SOL SUR LE SITE DU PRE RIO A PLOUFRAGAN

   La société IEL (initiatives et énergies locales) est venu présenter aux élus municipaux de Ploufragan son futur projet d'installation de panneaux photovoltaïques au sol sur le terrain du pré rio à Ploufragan.

   Ce terrain appartient à l'Agglomération briochine. Il était considéré comme zone humide il y a encore quelques temps. Mais de nouvelles études ont réduit opportunément la surface de zone humide. Du coup, une partie pourrait être louée à la société IEL pour y développer son projet. La société IEL aimerait a terme revendre à l'Agglo l'électricité produite pour faire fonctionner une future usine de production d'hydrogène que l'Agglo prévoit de construire.

  La société IEL prévoit de mettre en service ses panneaux solaires en 2026 et de produire 5.5 GWH d'électricité par an.

  J'ai interrogé les représentants de cette société sur l'avenir des terres agricoles cultivées situées dans cette zone. D'après eux, l'agriculteur pourra continuer à travailler ses terres.

  J'ai aussi fait quelques remarques sur ce genre de projet en déclarant :

  "De plus en plus de projets de se genre voient le jour. IL faut dire que c'est un marché en plein développement qui attirent des sociétés avides de profits rapides. 

    Ces projets d'énergies renouvelables n'existent que parce qu'ils sont largement subventionnés. Ces subventions sont payées par les contribuables et les consommateurs. Il existe une ligne sur les factures EDF, factures que chacun paie, pour financer les projets de ce type.

  On nous parle d'énergies vertes, moins polluantes mais est-ce vraiment le cas si on se demande où sont produits les panneaux solaires, avec quels matériaux et surtout dans quelles conditions. La plupart des panneaux sont produits en Chine ou dans des pays du Sud est asiatique. Ils arrivent donc par containers, après des milliers de kilomètre sur des navires polluants. Et qu'est ce qui est prévu pour le retraitement de ces panneaux arrivés en bout de course ?

  Ce sont ces questions qu'il faudrait se poser en réalité pour pouvoir décider si tel ou tel mode de production d'électricité est mieux que que d'autres. A ce moment, on pourrait dire quel est l'intérêt pour la société et la population. 

  Ce n'est pas comme cela que ça fonctionne. La production d'énergie, comme le reste se décide en fonction de critère de rentabilité et rien d'autre. L'habillage en vert de ces projets ne change rien à l'affaire, c'est pourquoi, je suis très réservé sur ce projet."

vendredi 15 décembre 2023

15 NOUVEAUX LOGEMENTS HLM AU DOMAINE DU LAUNAY

   Il y a une dizaine de jours, des locataires HLM du secteur du Launay, à Ploufragan se sont mobilisés devant le siège du bailleur social Terre d'Armor Habitat pour dénoncer les mal façons nombreuses qu'ils rencontrent, alors qu'ils s'agit de bâtiments neufs. Et sur le fait que les aménagements de voirie mettent beaucoup de temps à se réaliser, rendant la circulation dans ce secteur de la commune très problématique.

  C'est pourquoi, lorsque le projet de la construction de 15 nouveaux logements HLM a été présenté au conseil municipal du 12 décembre 2023, j'ai fait la déclaration suivante :

   " J'espère que les futurs logements seront de meilleures qualité que ceux construits, il y a 2 ans dans ce secteur. Plusieurs locataires se plaignent à juste titre de nombreuses mal façons, comme une mauvaise isolation, des fuites d'eau, des pannes de chauffage etc... Sans parler de la réfection de la voirie qui s'impose. Des travaux sont en cours mais, bien malin qui peut dire qui pilote le chantier. Est-ce toujours le promoteur ?  ou la mairie ? Les nids de poule s'accumulent et c'est bien difficile de savoir ce qui va sortir de ce chantier.

  Plus généralement, c'est la question du logement qui est cruciale. Avec sa réforme des APL, le gouvernement a taillé dans les budgets des bailleurs sociaux chargés de la construction de nouveaux logements. Du coup ceux ci disposent de moins de moyen et les retards de construction s'accumulent, rendant les demandes en logements encore plus nombreuses. De plus, la loi sur la réquisition des logements vides n'est pas appliquée et l'Etat laisse la spéculation foncière et immobilière s'opérer sans intervenir.

  Bilan, plusieurs millions d'habitants sont en attente d'un vrai logement car se loger est devenu de plus en plus difficile vu que les salaires n'augmentent pas."

jeudi 14 décembre 2023

LE BUDGET 2024 de PLOUFRAGAN

    La réunion du conseil municipal du 12 décembre 2023 a été consacrée au budget communal pour 2024. Celui-ci sera de 19 millions d'euros.

   Je me suis abstenu sur le budget primitif après avoir déclaré :

"Le budget 2024 de la commune est fortement marqué par le contexte économique dégradé.

  La société s'enfonce dans une crise d'une rare violence, où toujours plus de pauvres n'ont pas d'espoir d'une amélioration de leur sort et sont contraint pour beaucoup de fréquenter les associations caritatives, sans lesquelles certains ne pourraient même pas manger à leur faim.

  La reprise des licenciements et la remontée du chômage montrent que le plein emploi n'est pas pour demain.

  Le mal logement explose et les besoins de plus en plus nombreux dans ce domaine, sont de moins en moins satisfaits.

  Le contexte extérieur, c'est de plus en plus de foyers guerriers provoquant des massacres sans nom de populations civiles. Ces guerres alimente une inflation hors de contrôle.

  Ici, si les salaires sont bloqués alors que les prix flambent, les entreprises du CAC 40, les rois du pétrole et ceux du luxe s'en moquent et s'en mettent plein les poches. Les profits des grandes entreprises n'ont jamais été aussi florissants et il n'y a jamais eu autant de milliardaires qui gaspillent des sommes folles dans des actions inutiles.

  Le gouvernement n'a aucune prise sur les évènements et fait tout pout favoriser les profiteurs du système, les grands patrons et les actionnaires mais ne rate pas une occasion de s'en prendre aux droits des travailleurs. Il continue par ailleurs à sacrifier les services publics qui servent pourtant encore un peu à atténuer les inégalités sociales.

  Dans le budget 2024, la municipalité a décidé de réduire de 10% la participation à la plupart des associations de la commune, à réduire le montant des indemnités des élus, à diminuer le nombre de gazette, la revue communale et demande de gros efforts aux différents services.

  C'est du jamais vu depuis 15 ans.

  Certes, la municipalité doit faire face à de fortes hausses des prix, en particulier ceux de l'énergie mais ces coupes budgétaires auront des répercussions pour les habitants de la commune. Moins de programmes et d'activité seront proposés.

  Face à la dégradation générale des conditions d'existence de la population laborieuse, la municipalité va tenter de maintenir tous les services de proximité. Dans une société qui part à vau l'eau, pas sûr que ce soit suffisant.

  Dans ce contexte, je souhaite que ce budget contraint participe à satisfaire les besoins de la population et des agents de la commune."

Le budget a été adopté par les membres de la majorité municipale.