mardi 7 mai 2019

LUTTE OUVRIERE A PLOUFRAGAN

  Samedi  11 mai 2019, de 10h à midi, les militants de LUTTE OUVRIERE seront présents sur la place du marché de Ploufragan pour rencontrer et discuter avec la population locale.

  A l'approche des élections européennes, ce sera l'occasion de présenter le programme de la liste LO, conduite par Nathalie ARTHAUD et Jean pierre MERCIER. Intitulé " Contre le grand capital, le camp des travailleur." Il s'agit d'un programme de lutte pour la classe ouvrière, s'articulant sur des revendications vitales pour les travailleurs mais aussi un programme politique qui vise au renversement de la société capitaliste.

mardi 30 avril 2019

UN ENFUMAGE APPELE "GRAND DEBAT"

  Le gouvernement a commencé la "restitution" du grand débat national. Des logiciels auraient analysé 2 millions de contributions et 630 000 pages de doléances. Il en ressort qu'il faudrait selon le premier ministre baisser les dépenses publiques, les aides au logement notamment. Quel baratin !
  Il ne ressortira rien de favorable aux classes populaires. Depuis le début, ce grand débat était destiné à mettre fin au mouvement des gilets jaunes, à noyer la contestation sociale.
  Les maires de Bretagne qui ont participé à Saint Brieuc aux premières assises où Macron s'est invité, début avril, ont vu que le grand débat n'était que du blabla présidentiel.
  Derrière cet exercice de communication se cachent de nouvelles attaques contre la population laborieuse. Les retraites sont menacées, tant sur l'âge de départ que sur le montant des pensions.
Les tarifs d'EDF augmenteront de 6% l'été prochain, soit 100 euros de plus par an pour une famille qui se chauffe à l'électricité.
  Les gilets jaunes se sont révoltés parce qu'ils ne pouvaient plus joindre les 2 bouts.
  Pour préserver les conditions de vie et les conditions d'existence du monde du travail, il faudra imposer l'augmentation des salaires, des pensions et des allocations et les indexer sur le coût de la vie et les prix.
  Satisfaire ces revendications sociales ne peut s'envisager que si l'on fait payer le grand patronat et les actionnaires.
  Ce n'est pas du grand débat que cela viendra.

Tribune de Martial COLLET paru dans la gazette de Ploufragan de mai 2019.

vendredi 22 mars 2019

NATHALIE ARTHAUD A SAINT BRIEUC

  Vendredi 5 avril 2019, Nathalie ARTHAUD, porte parole nationale de LUTTE OUVRIERE animera une réunion publique à partir de 20.30 dans la petite salle de robien à SAINT BRIEUC.
  Elle conduira la liste LO aux prochaines élections européennes, intitulée :

                          Contre le grand capital, LE CAMP DES TRAVAILLEURS.

  A l'occasion de cette réunion publique, elle y développera les axes politiques de cette campagne pour l'élection des députés au parlement européen du 26 mai 2019.
  "Il faut refuser le faux débat entre les partisans et les adversaires de l'Union Européenne et affirmer que les travailleurs doivent se défendre pour imposer leurs revendications vitales mais aussi viser à se libérer de la domination capitaliste de l'économie."
 

A PROPOS DE L'ETUDE DE MEDIAPILOTE

  Lors du conseil municipal du 12 mars 2019, un représentant de la société en communication Médiapilote est venu présenter les conclusions de son étude sur l'attractivité de la ville de Ploufragan, étude lancée à la demande de la majorité municipale.
  Il ressort des centaines d'entretiens réalisés sur la commune auprès des habitants que celle-ci est marquée par "son fort engagement social et sociétal et que les valeurs de solidarité, générosité et équité sont partagées par le plus grand nombre."
  Je suis intervenu sur les résultats de cette étude en déclarant :
   "n'être pas vraiment surpris par ce constat et que c'était plutôt rassurant de voir que les valeurs de solidarité étaient partagées par une majorité de la population à une période où les valeurs de l'individualisme étaient celles portées par le pouvoir en place, à une période où le pouvoir des communes diminuait au profit des intercommunalité. L'Etat étrangle de plus en plus les communes en leur diminuant des moyens financiers, ce qui rend de plus en plus difficile la satisfaction des besoins de la population.
  Mais une commune ne peut pas tout faire et surtout elle n'échappe pas à un environnement économique toujours marqué par la persistance de la crise économique et son  chômage insupportable.
  C'est pourquoi, pour une véritable amélioration du cadre de vie pour la population travailleuse, il faudrait qu'elle puisse disposer d'un travail et d'un salaire correct.
  La communication ne peut malheureusement suffire à changer cela."

Suite à cette étude, un plan d'actions pour améliorer l'image de marque de la commune sera mis en oeuvre prochainement.

lundi 18 février 2019

LE TEMPS DE TRAVAIL SELON LA COURS DES COMPTES

  Il y a quelques mois, la chambre régionale des comptes s'était penchée sur le fonctionnement de la mairie de Ploufragan et parmi les observations pointées, figurait le temps de travail du personnel jugé insuffisant.
  La municipalité a répondu que la mise en place des 35 heures qui avait été élaborée avec les représentants des salariés en son temps convenait toujours et qu'il n'y avait pas de raison de les remettre en cause, d'autant moins que le gouvernement prévoyait des changements dans le cadre de la future réforme de l'Etat.
  J'ai rappelé que d'une manière générale, les recommandations de la cours régionale des comptes sont toujours orientées. Elles vont dans le sens de la politique du gouvernement. Cette politique vise à réduire le nombre de salariés dans la fonction publique et cette diminution de personnel passe par l'augmentation du temps de travail.
  C'est toujours pareil, les fins limiers de la cours, hauts fonctionnaires eux mêmes, prônent des sacrifices pour les petits mais pas pour eux mêmes. Dans l'actualité, la presse a révélé qu'un ex ministre touchait son salaire de haut fonctionnaire à Bercy et un autre comme président d'un conseil départemental sans être capable de dire où il passait sont temps. Voilà les moeurs de ceux qui traquent soit disant les abus.
  En réalité, la question du temps de travail est mal posée. Quand le chômage continue à culminer à des sommets, que des millions de salariés sont privés d'emplois et de salaires décents, il faudrait plutôt réduire le temps de travail, embaucher et répartir le travail entre tous sans perte de salaire.
  Il n'y a donc aucune raison de vouloir augmenter les temps de travail, ni à Ploufragan, ni ailleurs.