samedi 31 août 2019

PAS DE TRÊVE DANS LES ATTAQUES DU GOUVERNEMENT

  Selon une étude récente, 65% de la population laborieuse considère les vacances comme un luxe.  Resultat : nombreux sont celles et ceux qui, faute de moyens, ne peuvent pas partir.  C'est un nouveau signe de l'aggravation sociale dans cette société en crise où les inégalités sont de plus en plus visibles.
  Pour que la minorité capitaliste s'en sorte,la pression sur les travailleurs et les classes populaires est sans limite tellement le grand patronat est âpre au gain. Dans cette guerre sociale, le gouvernement est là pour lui faciliter la tâche. C'est le sens des mesures inacceptables prises durant l'été contre les jeunes, les chômeurs et les retraités.
  Après la baisse de 5 euros des Apl décidée en 2017, c'est une nouvelle ponction sur les allocations logement qui devrait voir plus d'un million d'allocataires, surtout les jeunes, perdre le bénéfice de cette aide. Du côté des chômeurs, il n'est pas question de s en prendre aux patrons licencieurs, mais de réduire les droits. Cette énième réforme de l'assurance chômage devrait priver plusieurs centaines de milliers de chômeurs de leurs indemnités. Quant aux retraités, la nouvelle réforme voulue par le gouvernement entraînera une baisse des pensions pour ceux qui voudront partir à 62 ans. Macron veut poursuivre et aggraver les politiques précédentes, même s'il promet des mois de concertation sur le sujet.
  Il s'agit là d'attaques de très grande ampleur qui méritent une riposte générale. Il est souhaitable que le monde du travail et la jeunesse profitent de la période des vacances pour préparer une rentrée sociale à la hauteur des provocations. Il faut stopper cette descente vers l abîme.

Tribune parue dans la Gazette de Ploufragan datée de septembre 2019.

vendredi 12 juillet 2019

POLLUTION AUX ALGUES VERTES :L'ÉTAT TOUJOURS AUX ABONNÉS ABSENTS

  Cette année encore la prolifération des algues vertes sur les côtes bretonnes est bien visible. Elles dégagent une odeur nauséabonde en se décomposant au soleil. Cette pollution qui revient chaque année depuis bientôt cinquante ans s amasse sur les plages et le phénomène loin de diminuer semble au contraire s'amplifier.
   Ces algues vertes prolifèrent par la présence de grandes quantités d'azote amenées par les eaux de pluie et les rivières. Elles s'échouent sur les plages avec les marées et pourrissent si elles ne sont pas ramassées.  Elles dégagent alors de l hydrogène sulfuré dangereux pour les hommes et les animaux.
  Dans le passé, le décès d 'un travailleur chargé de ramasser ces algues, la mort de plusieurs animaux ont mis en évidence la dangerosité de ces algues en décomposition.  Début juillet, c'est le décès d 'un jeune ostréiculteur en baie de morlaix qui repose la question de ces algues.
   De nombreuses plages de la baie de Saint brieuc sont fermées depuis le début de l'été tellement il y a de grandes quantités d'algues échouées. L'usine de lantic chargée du compostage de ces algues dans les côtes d armor a été bloquée par des riverains exedes par la pestilence dégagée par le traitement. En quelques semaines, c'est plusieurs milliers de tonnes d'algues qui ont été traitées mais laissant un jus d'hydrogène se dégager.
   Le nettoyage des plages est à la charge des communes. L'élimination pour les autres collectivités. Dans les deux cas cela représente souvent des sommes énormes pour celles ci.
   De nombreuses associations mettent en cause les agriculteurs et leur mode de production. Elles leur reprochent d utiliser trop d'engrais azoté qui finissent par ruissellement dans la mer.  Les mêmes et d autres accusent les élevages intensifs et les rejets de lisier qui lorsqu'ils sont répandus sur les terres cultivées finissent aussi dans la mer.
   Malgré la construction ces dernières années de stations d'épuration sur les fermes, c'est loin d'être suffisant.
   Chacun doit se débrouiller, les agriculteurs d'un côté, les communes et autres collectivités de l'autre mais l'État est aux abonnés absents. Pas étonnant car il se garde bien d imposer quoi que ce soit aux capitalistes de la chimie, de l'agroalimentaire, de la grande distribution et des banques pour qui,seule la rentabilité compte.  Après eux le déluge ! !!

mardi 7 mai 2019

LUTTE OUVRIERE A PLOUFRAGAN

  Samedi  11 mai 2019, de 10h à midi, les militants de LUTTE OUVRIERE seront présents sur la place du marché de Ploufragan pour rencontrer et discuter avec la population locale.

  A l'approche des élections européennes, ce sera l'occasion de présenter le programme de la liste LO, conduite par Nathalie ARTHAUD et Jean pierre MERCIER. Intitulé " Contre le grand capital, le camp des travailleur." Il s'agit d'un programme de lutte pour la classe ouvrière, s'articulant sur des revendications vitales pour les travailleurs mais aussi un programme politique qui vise au renversement de la société capitaliste.

mardi 30 avril 2019

UN ENFUMAGE APPELE "GRAND DEBAT"

  Le gouvernement a commencé la "restitution" du grand débat national. Des logiciels auraient analysé 2 millions de contributions et 630 000 pages de doléances. Il en ressort qu'il faudrait selon le premier ministre baisser les dépenses publiques, les aides au logement notamment. Quel baratin !
  Il ne ressortira rien de favorable aux classes populaires. Depuis le début, ce grand débat était destiné à mettre fin au mouvement des gilets jaunes, à noyer la contestation sociale.
  Les maires de Bretagne qui ont participé à Saint Brieuc aux premières assises où Macron s'est invité, début avril, ont vu que le grand débat n'était que du blabla présidentiel.
  Derrière cet exercice de communication se cachent de nouvelles attaques contre la population laborieuse. Les retraites sont menacées, tant sur l'âge de départ que sur le montant des pensions.
Les tarifs d'EDF augmenteront de 6% l'été prochain, soit 100 euros de plus par an pour une famille qui se chauffe à l'électricité.
  Les gilets jaunes se sont révoltés parce qu'ils ne pouvaient plus joindre les 2 bouts.
  Pour préserver les conditions de vie et les conditions d'existence du monde du travail, il faudra imposer l'augmentation des salaires, des pensions et des allocations et les indexer sur le coût de la vie et les prix.
  Satisfaire ces revendications sociales ne peut s'envisager que si l'on fait payer le grand patronat et les actionnaires.
  Ce n'est pas du grand débat que cela viendra.

Tribune de Martial COLLET paru dans la gazette de Ploufragan de mai 2019.

vendredi 22 mars 2019

NATHALIE ARTHAUD A SAINT BRIEUC

  Vendredi 5 avril 2019, Nathalie ARTHAUD, porte parole nationale de LUTTE OUVRIERE animera une réunion publique à partir de 20.30 dans la petite salle de robien à SAINT BRIEUC.
  Elle conduira la liste LO aux prochaines élections européennes, intitulée :

                          Contre le grand capital, LE CAMP DES TRAVAILLEURS.

  A l'occasion de cette réunion publique, elle y développera les axes politiques de cette campagne pour l'élection des députés au parlement européen du 26 mai 2019.
  "Il faut refuser le faux débat entre les partisans et les adversaires de l'Union Européenne et affirmer que les travailleurs doivent se défendre pour imposer leurs revendications vitales mais aussi viser à se libérer de la domination capitaliste de l'économie."